Elisabeth Guigou est une femme que vous avez toujours connue. Son regard, sa posture élégante, les images de l’hémicycle et les années qui s’égrènent. Une jeunesse politique française dans les années 1990 et 2000. Elle vous dit : « dès que je suis devenue ministre, je savais que je devais descendre dans l’arène électorale. Ça n’avait pas de sens de n’être ministre que grâce à la volonté d’un Président ». Continue reading

Anne-Marie Idrac est une femme qui vous dit « l’éternel féminin, ce n’est pas tellement mon genre ». Elle ajoute, presque sans y toucher « l’exercice des responsabilités, avec ce qu’il faut de courage et de ténacité est, d’après mon expérience, une spécialité féminine. » En face de vous, une grande dame, magnifique, altière, complice, sincère. Vous n’en croyez pas vos yeux.

Continue reading

Florence Berthout est une femme qui vous prévient tout de suite « vous verrez, il aura bientôt des quotas pour protéger les hommes ». Et on a envie de la croire. On a envie de la suivre, à la fois perchée sur ses hauts talons, l’esprit qui commence ses phrases et qui les laisse filer sur le parvis du Panthéon ou échouer sur le regard d’un collaborateur. « On me demande de marier des enfants de 18 ans, je trouve aussi que c’est tôt, mais qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? » dit-elle perplexe.

Continue reading

Adeline Hazan balaie le débat : « il est absolument évident qu’une femme en politique est obligée de travailler deux fois plus et de montrer deux fois plus qu’elle est compétente qu’un homme ». Exit l’angélisme. Elle ajoute « il y a des choses plus insidieuses, par exemple confier aux femmes uniquement les dossiers sociaux et pas la compétence financière ni l’aménagement du territoire ».

Continue reading