Marlène Schiappa est une femme qui finit par vous dire « quel que soit le choix des femmes, on trouve toujours à y redire ». Élever ses enfants ou ne pas les élever, là n’est pas la question. La vraie question, c’est comment faire reculer le patriarcat pour laisser plus de place à la sororité. La Secrétaire d’Etat est née dans une famille de femmes et de sœurs. Elle se réveille dans un monde qui lui rappelle une auteure indienne : « si les hommes avaient plus peur qu’on les tue en représailles, ils nous agresseraient moins ». Pas faux.

Marlène Schiappa revendique ses contradictions : une féminité presque tapageuse et une franche sororité chaleureuse. Une fonction politique matinée de la cohorte habituelle des précautions oratoires et un engagement inconditionnel pour les femmes, des talons de 10 centimètres et l’apologie de la beauté intérieure. Elle ironise « quand on écoute les opposants de Metoo, on dirait qu’il y a des centaines d’hommes qui errent avec leurs baluchons dans la rue parce que qu’ils ont perdu leur travail et que leur femme les ont foutu à la porte suite à un tweet… ». Ses contradictions nous parlent de ce que nous n’osons pas être : fortes et faibles, en colère et bienveillantes, intransigeantes et sujettes aux fous rires.

Quand on quitte Marlène Schiappa, on redescend un grand escalier républicain. On sait qu’on lui a laissé les clés de la maison féminisme au Gouvernement. On sait aussi qu’elle est déjà au travail. On sait pourtant qu’elle ne pourra pas tout, loin de là. Mais on part avec le sentiment d’avoir trouvé une sœur, et ce sentiment-là suffit parfois à changer l’ordre du monde.

Partager l'épisode sur les réseaux sociaux !
Comments have been closed.
©Michelle Podcast