Quand on demande à Christine Pedotti, ce que signifie, pour elle, être une femme, elle vous laisse avec un long silence. Ce silence n’est pas un vide, il n’est pas embarrassé. Ce silence, on sent qu’il embrasse toute la question, qu’il pèse sa vérité, on sent qu’il fait surgir un chemin. Et puis la réponse tombe, la réponse qu’au fond on espérait, parce que paradoxalement, elle nous laisse moins seule(s), moins perdue(s), moins conne(s) : « je ne sais pas. Je ne sais pas ce qu’est être une femme, mais je sais que je m’allie aux autres femmes quand on leur conteste le droit le statut d’être humain ».

Christine Pedotti cherche inlassablement en écrivant, en relisant les textes bibliques et en dirigeant Témoignage Chrétien, ce qui fonde la domination des femmes. Elle affronte la réalité de ces femmes qui s’agrippent au patriarcat : « ce sont des femmes qui sont mes ennemies et qui sont à la fois des victimes, et c’est la chose la plus douloureuse ».

Sa vérité à elle, c’est aussi d’avoir commis, sans le vouloir, cette « sorte de crime social de ne pas avoir d’enfant ». Son chemin, c’est celui d’une femme qui a dû se définir sans la maternité et avec la mauvaise conscience que la société a essayer de lui imposer. Raté. Christine Pedotti est une cultivatrice de joie. Elle parle sans crainte, elle décide sans hésiter. Elle a cette présence première, généreuse, sans fioriture, sans jeu de rôle. C’est une femme qui a décidé de ne jamais bouder sa joie, de ne jamais insulter sa chance. Aux autres la culpabilité.

À nous la grâce de ses silences et le spectacle de son engagement à la fois piquant et enjoué, pour ne pas dire très joueur…

Partager l'épisode sur les réseaux sociaux !
Comments have been closed.
©Michelle Podcast