« Quand les femmes feront la guerre, elle s’appellera la paix », Fawzia Zouari est une femme d’une belle volupté. Une femme qui veut écrire et lire. Mais elle est née avec cette flamme. Cette flamme que n’avaient peut-être pas ses sœurs ou ses voisines. Cette petite flamme, elle ne l’a pas choisie mais elle l’a regardée en face.

Elle s’est battue pour obtenir un passeport pour la liberté. Elle s’est levée contre le relativisme, la vulgarité, et la violence. Elle vous dit : « c’est la femme qui donne la vie. Ce que vous ne possédez pas vous le rejetez, vous le diabolisez parce que ça relève du mystère pour vous. Les hommes ne peuvent pas à accéder au mystère, alors ils accablent les femmes de tout, l’impureté, l’hystérie, le désordre… »

Cette flamme a embrasé le regard de ses opposants quand elle dénonçait le port du voile, quand elle pleurait les attentats commis par ceux de son sang. Il y a chez Fawzia Zouari une élégance sensuelle et érudite qui ne cède rien au combat. Elle a toujours voulu être une femme libre, mais en lisant Emma Bovary.

Partager l'épisode sur les réseaux sociaux !
Comments have been closed.
©Michelle Podcast