Après des années de consultations gynécologiques auprès de femmes de Seine-Saint-Denis, Ghada Hatem soupire : « la femme n’est pas maîtresse de son destin, c’est un objet qu’on se passe, un objet dont on se sert quand on a des besoins sexuels. C’est un objet qui permet de payer des dettes ».

On l’imagine en colère, à fleur de peau, révoltée contre ces violences à l’encontre des femmes qu’elle prend en charge. Excisions, viols, passage à tabac, abus d’enfants… Révoltée, elle l’est. Mais elle ne laissera ni l’exaspération, ni la fébrilité entraver son chemin. Un grand regard clair, une voix tiède. C’est tout ce dont elle a besoin. Se reposer, dormir ? Elle a renoncé.

Ghada Hatem vous laisse sans mot. Parce qu’elle se bat désormais pour essaimer partout en France. Parce que rien ne l’arrête, ni le flot de migrantes, ni ceux qui l’écoutent avec l’attention qu’on réserve aux « trucs de bonnes femmes ». Parce qu’elle a cette parole instinctive hors du commun, sans la moindre complaisance, sans la moindre brutalité. Vous éteignez les micros et Ghada Hatem reste là, légèrement soulagée, prête à vous ouvrir tous les mondes qu’elle garde toujours avec elle.

Partager l'épisode sur les réseaux sociaux !
Comments have been closed.
©Michelle Podcast