Véronique Laury est une femme qui vous dit, sans tourner autour du pot : « le sexisme ? Ce n’est pas frontal. C’est insidieux, presque permanent. »

Elle a été jetée dans la mare aux gros crocodiles. Et dans un premier temps, elle a voulu se déguiser. Des dents aiguisées, des coups de gueule, une épaisse carapace surtout. De plus en plus épaisse et de moins en moins efficace. Alors elle est revenue en arrière, à grands renforts d’émotions et de vulnérabilité consenties. Leadershipment incorrecte : « je pleure quand je suis émue et pendant des années j’ai lutté parce que “un patron ne pleure pas”. Bah si, un patron, ça a envie de pleurer. »

Véronique Laury est une femme qui vous étonne et qui vous touche. On se demande pourquoi elle vous ouvre son cœur. Parce qu’elle n’a rien à cacher. Des années qu’elle a décidé de ne plus paraître. De renoncer à faire croire. Ça vous vaudra un aller simple vers une drôle de sensation, une forme d’amitié irrépressible, clandestine, incorrecte. Vous l’aurez bien cherché.

Partager l'épisode sur les réseaux sociaux !
Comments have been closed.
©Michelle Podcast