Anne-Marie Idrac est une femme qui vous dit « l’éternel féminin, ce n’est pas tellement mon genre ». Elle ajoute, presque sans y toucher « l’exercice des responsabilités, avec ce qu’il faut de courage et de ténacité est, d’après mon expérience, une spécialité féminine. » En face de vous, une grande dame, magnifique, altière, complice, sincère. Vous n’en croyez pas vos yeux.

On voudrait qu’elle nous parle de sa présidence à la tête de la SNCF et de la RATP, des maroquins ministériels en jupette. Elle n’élude pas, non. Elle vous dit qu’elle aime les sujets « charnus », qu’elle aime être celle qui décide et qu’elle a toujours dirigé en pensant à la parabole des talents.

Mais au fond, elle a surtout envie de vous parler de ses 4 filles. Alors ses yeux pétillent, son sourire insiste. « La difficulté, c’est quand tous vos enfants ont besoin de vous en même temps et que vous êtes en campagne politique ». Elle dit qu’elle a eu de la chance. Ce qui crève les yeux alors, plus encore qu’une grande intelligence, c’est la ferme décision de prendre le parti de la joie, de l’affection et de la tendresse.

Cette femme qui était statufiée, dans le Panthéon de votre jeunesse, soudain vous ne voulez plus la quitter. Elle ne vous le demande pas d’ailleurs. Quel cadeau.

 

Partager l'épisode sur les réseaux sociaux !
Comments have been closed.
©Michelle Podcast