Mercedes Erra est une femme qui sonne le réveil « il faut réapprendre un peu la révolte parce que là on est trop apathique ». Ça, c’est fait.

Tout Paris la connaît. Croit la connaître. Une femme dure, qui parle fort. Elle s’en étonne : « qu’est-ce que ce je fais de si fou ou de si dangereux ? Je travaille jour et nuit pour mes clients ». Vrai qu’elle carbure à une énergie qui pourrait sauver le monde. Vrai qu’elle demande aux femmes de l’audace, de se bouger, d’aller chercher leur destin avec les dents, comme les hommes. Espagnole qui a bâti la plus belle agence de publicité française, au nez et à la barbe des Anglo-Saxons, elle porte surtout un coin du grand fantasme des femmes de pouvoir. Celles qui ne doivent leurs victoires qu’à elles-mêmes. Voilà le plus subversif.

Alors bien sûr, elle a entendu ce qu’on murmurait à son sujet : « au début, on disait que je travaillais autant parce que je n’avais pas d’enfants. Quand j’en ai eu, on disait que je ne m’en occupais pas ou que je ne les aimais pas ». Est-ce qu’elle leur en veut, est-ce qu’elle s’en fout, est-ce qu’elle a fait avec ? Elle est là aujourd’hui, à la tête d’un empire, toujours prête à dénoncer l’éducation des femmes qui les pousse au doute et à cette méticulosité extrême qui n’est rien d’autre que le plus honorable obstacle au pouvoir.

Partager l'épisode sur les réseaux sociaux !
Comments have been closed.
©Michelle Podcast