Anne-Charlotte Fredenucci est une dirigeante qui vous dit : « ce que je regrette c’est de ne pas avoir réussi à démontrer plus tôt à mon père que j’avais les capacités pour prendre la relève. Parce qu’on aurait pu éviter les licenciements ». Vous l’aimez intense et sans faux-semblant ? Vous allez être servi.e !

La PME de son père, elle l’a reprise. Et elle l’a sauvée. Elle n’a pas 45 ans et c’est une sage. Vous sentez que la vie a fait son chemin. Pas tant la vie qui blesse, qui râpe et qui abîme. Plutôt celle qui se donne et se partage, celle qui se sédimente et vous emplit : « pour moi être cheffe d’entreprise, femme, épouse et mère, c’est un équilibre instable en permanence et il faut chaque jour se reposer la question de savoir où sont ses priorités ». Le soir, elle challenge ses idées avec son entrepreneur de mari. Mais les défis, c’est pour les techniciens du groupe et leurs regards perdus face à la crise, qu’elle les relève.

Devant vous, une silhouette au cordeau, une intelligence vive et tranchante, un parcours d’un élitisme classique. Et soudain, elle vous parle. Vous étiez à côté de la plaque. Elle ne vous parle que passion, amitié et empathie. Quand elle repart, vous ne la reconnaissez pas, elle a perdu vos préjugés en cours de route.

Partager l'épisode sur les réseaux sociaux !
Comments have been closed.
©Michelle Podcast