Nathalie Palladitcheff est une femme qui vous dit :“Je ne vois pas de contradiction entre le grand capital et les soucis du monde. Je pense qu’il y a un chemin qui est en cours. Plus on sera dans une construction économique et sociale durable, et en accord avec les besoins du monde, plus la rentabilité long terme sera assurée. Quand on est riche et bien portant, si on ne fait pas quelque chose pour le reste du monde, qui va le faire ? ”. Gentle reminder. 

Ancienne directrice financière d’Icade, elle est devenue québécoise d’adoption. Elle en est à sa cinquième année de learning expedition, en tant que CEO. Pour elle, un bon leader, c’est “une bonne personne. C‘est un espace possible : être soi-même, être authentique, assumer ses faiblesses et à la fois être quelqu’un qui inspire les équipes. Cela résonne presque physiquement pour moi. Je fais beaucoup de danse et ce sont deux sensations proches : faire des choses difficiles, assumer que c’est difficile mais toujours avec élégance.”

Il y a Nathalie Palladitcheff, sa vivacité d’esprit, sa sophistication, sa profondeur. Et puis il y a un naturel vibrant et une joyeuse vitalité qui remportent la mise. Soudain, il n’y a plus de questions. Elle vous dit qu’elle est toujours la même personne partout dans sa vie, qu’elle regarde tout avec les mêmes yeux, qu’elle n’a jamais compartimenté. Elle n’a jamais voulu choisir. De toute façon, c’est trop tard, elle vous a déjà embarqué.e.

Partager l'épisode sur les réseaux sociaux !
Comments have been closed.
©Michelle Podcast